Amazighité

L’Amazighité au parlement: L’étape abordée aujourd’hui exige une lucidité et une vigilance permanente

Par: Meryam Demnati*//Février 2018

 

Meryam Demnati

Au parlement marocain, le projet relatif à la loi organique de la langue amazighe et le projet relatif au conseil national des langues et de la culture marocaine sont à l’ordre du jour depuis quelques mois. Le débat a déjà été entamé. Tous les groupes parlementaires y sont représentés. Il concerne les « fameuses lois organiques » concoctées par le chef d’état du gouvernement précédent et validées par le conseil des ministres de l’époque. Ce fameux projet de loi se comporte avec la langue amazighe comme un simple moyen de communication orale avec des dialectes indépendants les uns des autres et non comme une langue à part entière (rappelons que la Constitution parle de La Langue Amazighe). Le mouvement amazighe et ses alliés de la société civile (organismes des droits humains et féminins) avaient alors rejeté ce projet de loi et exigé de reconsidérer cette loi dans le respect de la constitution marocaine et les obligations de l’Etat en matière de droits de l’homme, énoncées dans la même constitution. Un Mémorandum de travail parallèle pour le projet de loi organique pour la mise en œuvre de l’aspect officiel de la langue amazighe a été élaboré par cette coalition, avec des propositions concrètes et remis au chef du gouvernement,  à tous les responsables de partis politiques, aux chefs des groupes parlementaires et aux deux chambres. Mais, nous avons appris avec amertume que lors du débat mené dans ces commissions, des députés connus pour leur amazighophobie, persistent dans leur position discriminatoire à l’encontre de la culture et de la langue amazighes et ne tiennent aucun compte des acquis précédents (obligation, généralisation, standardisation et alphabet amazigh Tifinagh) depuis 2003, cherchant par là, à perpétuer l’ethnocide programmé depuis l’indépendances, en se préparant, comme à l’accoutumée, à nous servir des subtilités juridiques.

Nous continuons à suivre avec intérêt mais avec inquiétude ce débat, tout en diffusant largement nos propositions aux différents groupes parlementaires et en les appelant à prendre leur responsabilités quant à l’avenir de la langue et la culture amazighes qui appartiennent à tous les marocains sans exception.

Nous sommes préoccupés et très en colère quand nous constatons que la situation de la langue amazighe dans l’enseignement au lieu de progresser, enregistre un recul considérable, perdant même le peu d’acquis de ces dernières années, alors même qu’elle est devenue officielle. Nous continuons à ressentir un sentiment de réelle ségrégation lorsqu’un Amazighophone se trouve toujours contraint de parler une langue qu’il ne maîtrise pas en renonçant à sa langue dans ses rapports avec l’administration et les milieux officiels, voire même dans les tribunaux, espaces pourtant conçus afin de garantir la justice et l’équité pour les victimes de l’injustice, et non comme lieux de ségrégation entre les personnes qui sont en principe égales en droit et en citoyenneté.  Et que les chaînes marocaines de télévision et radios pour lesquelles nous nous acquittons de nos impôts écartent totalement la langue et la culture amazighes ou alors ne proposent que de rares émissions amazighes à des heures impossibles.  Toutes ces données significatives ne font que refléter sans conteste la discrimination qui continue dans les sphères de décision. Nous sommes conscients qu’aucune langue aussi prestigieuse soit-elle ne peut tenir en vie si elle est bannie de l’école, des médias et des différents domaines publics et privés.

L’étape que nous abordons aujourd’hui exige une lucidité sans relâche et une vigilance permanente ainsi qu’une vision stratégique de notre avenir qui ne doit pas souffrir de la moindre erreur. Les épreuves du passé et du présent nous ont appris à nous méfier.

*Observatoire Amazighe des Droits et Libertés

 

 

 

Show More

Related Articles

2 thoughts on “L’Amazighité au parlement: L’étape abordée aujourd’hui exige une lucidité et une vigilance permanente”

  1. اللغة لا تنتشر إلا إذا كانت لغة علم أو لغة دين ، الناس يتهافتون على تعلم الإنجليزية في مدارس خصوصية بمصاريف مادية مهمة كما أن المسلمين يتعلمون العربية في القارات الخمس وخصوصا في أوروبا لفهم و تدبر القرآن الكريم خصوصا إذا تجاوزوا سن الخمسين….

  2. شكرا سي حمو لاعيب في ذلك من حق الناس ان يتعلموا ما يريدون من اللغات ولكن هذا لن يكون سبابا في التخلي عن الامازيغية لغة وثقافة وتاريخا وحضارة وفنا لانها جزء كبير منا ومن أهالنا ومن ارضنا ..وعلمك أن الامازيغ الذين يتقنون لغة أمهم هم كفاءات في اللغات الاخرى ومنهم علماء في اللغة العربية والانجليزية والفرنسية ولغات اخرى وعندنا احصائيا تظهر أن جل المغاربة الذين يتقنون اللغات العالمية أمازيغ ويتكلمون بالامازيغية بشكل جيد

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
%d blogueurs aiment cette page :