En vedetteMondeSocieté

Akhannouch donne le coup d’envoi de la 57e édition du Festival de la rose

Akhannouch donne le coup d’envoi de la 57e édition du Festival de la rose

Le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch, a présidé hier, mercredi 24 avril, à Kelaât M’Gouna (Province de Tinghir) l’inauguration de la 57e édition du Festival de la rose.

Ce Festival est placé, cette année, sous le thème: «la rose à parfum, un levier fort pour l’emploi et la dynamique économique locale». Le Salon de la rose est un événement destiné à mettre en valeur la rose à parfum qui caractérise Kelaât M’Gouna et qui contribue au développement de la région en revitalisant son économie et en mettant en valeur les potentialités dont elle bénéficie.

Cette édition, qui s’étend sur quatre jours, prévoit une série d’activités, entre autres des séminaires scientifiques et des tables rondes, organisés par des chercheurs, universitaires et professionnels autour de divers sujets liés aux perspectives de développement de la filière de la Rose à parfum.

Le festival propose également diverses activités culturelles et artistiques mettant en valeur le patrimoine immatériel et humain de la région. Comme à l’accoutumée, un carnaval au couleurs de la rose de M’Gouna sera organisé en marge de l’élection de «la Reine de la rose», pour cette année 2019. 

Le Plan Maroc Vert accorde une grande importance à la promotion et au développement des produits des différents terroirs du Maroc. Le développement de la filière de la rose s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement des produits du terroir, lancée en 2012. La filière est en train de franchir un pas important vers sa structuration. 

En effet, la Fédération Interprofessionnelle Marocaine de la rose à parfum (FIMAROSE) est actuellement en cours de restructuration. Constituée de producteurs, de transformateurs et de commerçants, elle permettra de créer un cadre d’échanges, de concertations et de coordination permanente entre les différents intervenants de la filière.

En 2012, un contrat-programme a été signé entre le gouvernement et l’interprofession, grâce auquel les indicateurs de la filière ont connu une amélioration palpable. La production est ainsi passée d’une moyenne de 2.500 T/an avant le lancement du Plan Maroc Vert (2003-2007) à 3.350 T/an de roses fraîches lors de la période 2015-2018. Le rendement est passé de 3 T/Ha à 4 T/Ha pour les mêmes périodes, soit une amélioration de 30 %.

Au Maroc, la superficie plantée en roses est de 880 hectares. La production de roses affiche une moyenne de 3.200 tonnes de roses fraîches par an, ce qui place désormais le Maroc au troisième rang parmi les producteurs mondiaux de la rose à parfum après la Bulgarie et la Turquie.

Pour cette campagne, la production de roses escomptée est estimée à 3900 tonnes. Quant aux exportations, elles ont atteint une moyenne de 8 millions de dirhams sur les 3 dernières années, pour un volume moyen de 63 tonnes.

Sur les dix dernières années, grâce aux efforts de valorisation et de professionnalisation de la filière, le prix de la rose à parfum a connu une augmentation spectaculaire passant de 7DH/kg avant le Plan Maroc Vert à 25 DH/kg en 2018. Cette augmentation est soutenue par l’organisation des producteurs au sein des coopératives et du GIE, ce qui a renforcé leur pouvoir de négociation et boosté la demande de la rose sèche et des boutons floraux, qui constituent une alternative pour la valorisation de la rose. 

A cela s’ajoutent la forte demande sur la rose fraîche, en raison de la mise en place d’une troisième unité de transformation de la rose Ard Guisser et la dotation des coopératives des unités de distillation dans le cadre du Projet Plan Maroc Vert.

La rose crée 400.000 journées de travail

Les investissements publics pour le développement de la filière de la rose ont atteint 65 millions de dirhams sur la période 2008-2018, et ont principalement concerné l’irrigation, la mise en place  d’unités de valorisation, de « Maison de Rose », etc.

Aujourd’hui, le Maroc dispose de trois grandes unités industrielles de transformation en plus de 18 unités à caractère artisanal, dont 15 distilleries dans la Région du Draa-Tafilalet, distribuées dans le cadre du Projet de la Rose, qui s’inscrit dans le Plan Régional Agricole. Les quantités industriellement transformées sont estimées à plus de 1.000 tonnes de roses fraîches.  Par ailleurs, et grâce aux différents efforts déployés, la filière procure un revenu important aux agriculteurs et assure aujourd’hui  près de 400.000 journées de travail.

En marge du festival, le ministre de l4Agriculture, Aziz Akhannouch a visité une exploitation de rosiers et sa distillerie. Il a également procédé à l’inauguration d’une Maison de la Rose. Ce projet s’inscrit dans la cadre du contrat-programme 2012-2020.

Il a pour objectifs de renforcer la commercialisation de la production et l’encadrement de proximité des professionnels en matière de techniques de production et de valorisation.

Let’s go

http://fr.le360.ma/economie/akhannouch-donne-le-coup-denvoi-de-la-57e-edition-du-festival-de-la-rose-188915

Articles Liés

Close