En vedetteMondeSocieté

Technologie IntelliMax : «Nous avons testé ces pneus pendant trois ans sur le marché marocain»

Technologie IntelliMax : «Nous avons testé ces pneus pendant trois ans sur le marché marocain»

Technologie IntelliMax : «Nous avons testé ces pneus pendant trois ans sur le marché marocain»

Entretien avec Anne-France Cambron, Project Leader Commercial Tire Programs EMEA auprès de Goodyear

Goodyear a lancé dernièrement au Maroc Kmax Cargo. Cette nouvelle gamme de pneus a été spécialement conçues pour les conditions sévères sur les autoroutes et les routes urbaines. Ainsi, la nouvelle gamme comprend le pneu KMAX S Cargo directeur, le pneu KMAX D Cargo moteur et le pneu KMAX T Cargo remorque.

Dans son processus de fabrication, Goodyear a utilisé la technologie interconnexion des nervures IntelliMax pour mettre sur pied le pneu KMAX S Cargo directeur. Rendement kilométrique amélioré, réduction de coût au kilomètre et fiabilité pour les conditions sévères sur route, cette gamme recèle un ensemble de nouveautés.

Pour en savoir un peu plus sur la technologie utilisée et le processus de fabrication de ces pneus, nous sommes allés à la rencontre d’Anne-France Cambron, Project Leader Commercial Tire Programs EMEA auprès de Goodyear.

ALM : Quels sont les avantages que présentent ces pneus comparés aux plus anciens ?

Anne-France Cambron: Nous avons voulu chez Goodyear développer une ligne spécifiquement pour le marché marocain sous différents aspects. Donc il était important de combiner à la fois un bon rendement kilométrique, une bonne résistance aux arrachements et aux déchirements. Pour nous c’est important pour le type de route d’ici d’avoir des dessins de bandes de déroulement qui résiste aux arrachements et aux déchirements et ensuite la dernière caractéristique c’est une bonne rechapabilité. Donc améliorer les trois en parallèle est une sorte de prouesse technique que nous arrivons à atteindre en combinant différentes caractéristiques techniques. Vous verrez que les trois pneus ont des caractéristiques similaires mais ils ont aussi des aspects différents.

Avant de lancer ces pneus sur le marché vous avez effectué des tests de ténacité, de robustesse et de soutenabilité. Pouvez-vous nous donner une idée sur le déroulement de cette expérience ?

D’abord tout commence sur ordinateur où on fait beaucoup de modélisation avant de fabriquer les premiers pneus. Donc on calcule les différentes rigidités, on regarde comment une pierre pourrait rentrer dans une rainure pour voir quelle est la forme qu’on va donner à une rainure pour pouvoir éjecter la pierre. L’empreinte au sol en fonction de la forme qu’on va donner à la forme extérieure qu’on va donner au pneu et les éléments de constructions qu’on va mettre à l’intérieur du pneu vont influencer la forme de l’empreinte que le pneu va avoir au sol et qui est primordiale pour toute une série de performances de pneu. L’usure, la conduite sur route, l’attraction… tout ceci va dépendre de l’empreinte au sol. Donc on fait énormément de modélisation. Quand on est satisfait de ce qu’on a sur ordinateur alors on part à la phase de prototypage. On commande des moules prototypes et on fabrique les pneus en essayant aussi différentes configurations dans le pneu de construction et différentes gommes. Là on part dans tout ce qui est test laboratoire. Un test  évaluer chez nous au Luxembourg. On a aussi un centre d’essai à Miraval et une fois qu’on a une intégration de tout ce qu’on va mettre dedans qui tient la route (si je puis m’exprimer ainsi), alors on va partir en flotte. Cela nécessite de nombreuses années de tests et beaucoup d’efforts pour faire le suivi des pneus et donc c’est seulement qu’on a quelque chose qui remplit déjà les critères de base que l’on part pour évaluer les pneus des flottes chez nos clients. C’est une étape qui est décisive. Parce que c’est vraiment le couperet final qui va nous donner soit le feu vert ou le carton rouge pour : soit aller en production, soit revoir notre copie avec une autre itération de développement.

Et donc vous avez testé ces pneus sur le marché marocain pendant combien de temps ?

Ça nous a pris 3 ans pour faire le test sur le marché marocain et là encore on continue de tester pour le moment.

En quoi les pneus destinés au marché marocains sont-ils différents ?

Si vous prenez le KMAX S Cargo qui est le pneu pour l’axe directeur essentiellement, la version européenne a plus de nervures. Ici nous sommes sur la version à 4 nervures avec des nervures d’épaules qui sont très costaudes qui n’ont aucune fioriture, aucune décoration pour éviter les arrachements. Dans le fond des rainures ici nous avons des petites lamelles qui permettent d’éjecter les pierres. Pour arriver à ce résultat, nous avons fait de la modélisation et donc même jusqu’à la forme de la section de cette rainure, celle-ci a été optimisée pour justement éjecter les pierres.

Donc tout ce qui est partie centrale et une transformation de la technologie Intellimax européenne. La seule différence comme c’est ce dessin qui a quatre nervures et qui distribue la rigidité différemment. Pour le pneu directeur on a opté pour une version qui est en directionnel et en V, aussi on a beaucoup travaillé la profondeur des rainures radiales dotés de petites connexions pour essayer d’avoir une balance vraiment afin de ne pas découpler le bloc et offrir une distribution de rigidité et par conséquent, maximiser la vie du pneu. Par ailleurs, on a également revisité pour cette gamme la carcasse afin de maintenir une charge plus élevée qu’avant.

Let’s go

http://aujourdhui.ma/automobile/technologie-intellimax-nous-avons-teste-ces-pneus-pendant-trois-ans-sur-le-marche-marocain

Articles Liés

Close
%d blogueurs aiment cette page :