Sport

Cyclisme : Hommage à feu Haj Lahcen Naciri président de l’Union Sportive de Fès et ex-président de la FRMC

Par M’Bark CHBANI – le 04 octobre 2018

L’été dernier, le cyclisme national a perdu l’une de ses figures les plus marquantes. Il s’agit de feu Haj Lahcen Naciri, président de la section cyclisme de l’Union Sportive de Fès (USF) et ex-président de la Fédération Royale Marocaine de Cyclisme (FRMC) décédé le jeudi 09 août 2018 à Fès des suites d’unelongue maladie. Témoignage.

Personnellement, j’ai fait la connaissance du défunt Naciri dans les années soixante-dix. Lors des assemblées générales de la fédération à  cette époque-là, il se distinguait  toujours par ses propos mesurés et ses interventions pertinentes. Nous étions tous les deux (lui, au nom du VCF puis de l’US Fès, et moi, au nom du RCMA puis du Najah Souss d’Agadir) parmi les rares dirigeants qui essayaient, chacun à sa manière et selon sa propre vision, d’élever le niveau du débat et d’enrichir le dialogue par la présentation de propositions mûrement réfléchies, et ce afin de faire bouger les choses à la fédération. Malheureusement, j’avais toujours  le sentiment que celles-ci tombaient dans l’oreille d’un sourd…

Malgré l’éloignement, le regretté suivait de près les affaires du cyclisme national qui connaissait déjà à l’époque des hauts et des bas car sa gestion était loin d’être du goût de tout le monde…

Après avoir fait du vélo comme tous ceux de sa génération, feu Naciri raccrocha son vélo et créa son propre club en 1976, en l’occurrence le Vélo Club de Fès (VCF).Puis en 1985, il fonda la section cyclisme de l’USF (Union Sportive de Fès). Sous sa houlette, et avec le concours de tous les membres, l’USF était bien présente et  dignement représentée tant sur le plan national qu’international, et ce grâce à  ses coureurs appelés en équipe nationale qui était entraînée dans le temps par feu Haj Mohamed Bahloul, l’ancienne gloire du cyclisme national de la première heure, qui a marqué de son empreinte ce sport aussi bien au niveau du WAC, son club préféré, qu’à celui de la fédération, et notamment la DTN (Direction technique nationale) qu’il avait dirigée durant de longues années. C’était  un  personnage charismatique que tous les coureurs du peloton surnommaient  ‘’Le Mâalem’’ (Le Maître) par déférence, y compris ses anciens compagnons de route comme M’hammed Touil, ainsi que toutes les grandes vedettes de l’époque,et à leur tête feus,Mohamed El Gourch,Abderrahmane El Farouki (Farak) et,Haj Abdallah Nahly (Abdallah Kaddour) et ,bien sûr, les coureurs  qui sont venus après eux.

Parmi les coureurs de l’USF, je citerai des noms comme El Hajoui,Hajji,El Bhiri,Tijani,El Habib,El Ouardighi, Bakhila , Benbouazza, Anazroud , Aziz El Ouarayni et  feu Khalid Touzani, l’intellectuel du peloton. Khalid,qui était professeur d’anglais à Fès,était un coureur élégant et très respecté par tous ses camarades…

Par ailleurs, l’US.Fès a également fourni des cadres à la fédération. Et là, je citerai  Mustapha Ferich, qui a beaucoup donné en tant que commissaire de course. Ferich a à son actif l’encadrement de nombreuses courses cyclistes nationales et internationales dont la 1ère édition du Tour Cycliste des Villes Impériales (TCVIM) en 1998, les 28èmes JMMS (Jeux Mondiaux de la Médecine et de la Santé) en 2007 à Agadir, les différents championnats et challenges, la Coupe du Trône, et bien sûr, le Tour du Maroc. J’ajouterai également  le directeur technique du club, Adil Bakhila, avec une mention spéciale pour tous les soldats de l’ombre : les mécaniciens, les masseurs et les assistants du club.

En 2003, feu Haj Lahcen s’est porté candidat à la présidence de la Fédération Royale Marocaine de Cyclisme (FRMC) par devoir car celle-ci traversait des moments très difficiles.Il a été élu président à une forte majorité par l’assemblée générale extraordinaire qui s’est tenue le dimanche 23 février 2003 à la salle des réunions du complexe sportif Moulay Abdallah à  Rabat.

Et pendant les deux saisons qu’il était aux commandes de la FRMC,en crise profonde, et qui venait à peine de sortir d’une longue période d’exception marquée par des années de gestion provisoire, suite à l’application par le ministère de la Jeunesse et des Sports des dispositions de l’article 22 de la loi 06-87 relative à l’éducation physique et aux sports, le défunt avait essayé,avec les membres qui avaient été élus avec lui par ladite AGE, de faire avancer les choses comme il le pouvait, et ce d’autant plus que ce n’était pas une sinécure.

Après avoir réglé quelques problèmes en suspens dont le contentieux de la piste du vélodrome, il s’était lancé un véritable défi, et non des moindres à savoir, reprendre l’organisation du Tour du Maroc qui, en raison de la crise, n’a pas eu lieu  en 2002 et 2003.Ce  défi fut relevé et la 18ème édition de cette course à étapes mythique  a   pu finalement avoir lieu au printemps 2004 comme au bon vieux temps. J’y étais chargé du Secrétariat Général.

C’est également sous la présidence de feu Naciri qu’à été créée la Ligue du Sud de Cyclisme, le vendredi 16 mai 2003, à Agadir, la capitale de la région Souss-Massa-Drâa. C’était la première ligue de l’histoire du cyclisme après le Comité Régional de Cyclisme du Souss (CRS) créé en 1977 et que j’ai eu l’honneur de présider. Malheureusement,l’expérience  des Comités Régionaux de Cyclisme a été définitivement abandonnée en 1981 parce qu’à cette époque-là, à la fédération, on ne croyait guère à la décentralisation, pas plus, d’ailleurs, qu’on ne croyait à la régionalisation.Il est à signaler que la ligue du Nord a été créée la même année à Tanger. Son assemblée générale constitutive s’est tenue le vendredi 6 juin 2003.Et comme d’habitude, cette nouvelle expérience, pourtant très prometteuse, n’a pas fait long feu.

C’est à ce moment-là aussi qu’on avait repris la formation des commissaires et qu’un stage de formation fut organisé, du 23 au 26 juin 2003, à Casablanca. Sur les 19 candidats qui ont suivi ce stage, 11 seulement ont été admis à l’examen final.

Il faut ajouter à cela, bien sûr, l’organisation des courses nationales, des championnats nationaux, de la Coupe du Trône et une participation,hors frontières,au Tour du Sénégal 2003.

Mais les vieux démons du cyclisme se sont encore réveillés.Et ayant déchanté,le président a  claqué la porte.Néanmoins,il est regrettable que cette énième tentative de redressement du cyclisme national n’ait pu être renforcée et menée à bien…

Conséquence inéluctable, l’application, encore une fois, de  l’article 22 de la loi 06-87, et partant, le retour à la gestion provisoire comme auparavant…

Tout en ayant une pensée particulière pour tous les membres que le cyclisme  a perdus, je voudrais,en ces moments tristes et pénibles, exprimer mes vives condoléances et mes sincères sentiments de compassion aux membres de la famille Naciri et, à travers eux, à l’ensemble de ses proches et amis, à tous les membres de son club ainsi qu’à la grande famille du cyclisme national, tout en implorant le très Haut d’accorder au défunt Son infinie miséricorde et d’inspirer à sa famille soutien, réconfort et consolation. Nous sommes à Dieu et à lui nous retournons.

 

 

 

 

Show More

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close